Blog

Les aides et dispositifs d’accompagnement à la création d’entreprise en France

Par

La loi PACTE, instaurée l’année dernière par le gouvernement d’Edouard Philippe et visant à simplifier la création d’entreprise, s’inscrit dans la logique de faire de la France un pays où il fait bon entreprendre. De nombreuses aides et structures d’accompagnement existent aujourd’hui pour faciliter et stimuler l’entrepreneuriat. Et cocorico les résultats sont bien là : plus de 815 000 nouvelles entreprises ont vu le jour en France en 2019, soit une hausse de 18% par rapport à l’année précédente.

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale à votre tour ? Voici les différentes aides à la création auxquelles vous pouvez prétendre afin de bénéficier de ressources financières supplémentaires et de vous lancer dans les meilleures conditions.

 

Cet article a été écrit en collaboration avec notre partenaire L’Expert-comptable.com

Pourquoi se faire aider lorsque l’on crée son entreprise ?

Les premières années d’activité de l’entrepreneur représentent une période charnière. Il est conseillé à tous les créateurs et repreneurs d’entreprises de mettre toutes les chances de succès de leur côté, en sollicitant des aides pour réaliser leur projet de création ou de reprise d’entreprise.

Ces aides apportées par des professionnels, établissements publics ou encore associations pourront vous aider à gonfler votre capital de départ et vous donner de précieux conseils dans la gestion et la stratégie de votre activité.

Comme vous le verrez dans cet article, les offres d’accompagnement sont pléthore et chaque entrepreneur peut y trouver son compte !

 

Le marché de la création en croissance en France

L’année 2019 fut une année record pour la création d’entreprise, soutenue notamment par l’instauration du régime de l’auto-entrepreneur en 2019, devenu aujourd’hui micro-entrepreneur. Cette forme juridique rencontre un franc succès auprès des candidats à l’entrepreneuriat, grâce à ses formalités et son fonctionnement simplifiés. Les micro-entreprises représentent aujourd’hui plus de la moitié des créations d’entreprises. Les entreprises individuelles constituent quant à elles 25,7% de la totalité des créations, et sont également en forte augmentation (+ 15 % entre 2018 et 2019).

Ce dynamisme s’explique par plusieurs facteurs socio-économiques, dont  :

  • l’envie de la nouvelle génération de s’affranchir du statut de salarié et de s’épanouir en faisant le choix d’entreprendre ;
  • l’avancée technologique qui offre de nouvelles opportunités notamment avec le numérique (le nombre de créations d’entreprises dans la fintech notamment, a suivi une belle croissance ces 10 dernières années) ;
  • une conjoncture économique favorable notamment avec des taux d’intérêts bas facilitant l’accès au crédit bancaire et les leviers de croissance ;
  • l’assouplissement de la législation encadrant la création d’entreprise et la création de statuts juridiques adaptés ;
  • l’essor d’un ensemble de dispositifs d’aides et d’accompagnements facilitant la création d’entreprise et diminuant les risques d’échec.

 

Quels sont les principaux dispositifs d’aides publiques à la création d’entreprise?

En fonction de votre statut et de votre avancée dans votre projet, vous pouvez avoir le droit à des aides publiques diverses. Le tout est d’être au courant qu’elles existent et d’en faire la demande ! Voici un petit tour d’horizon des aides les plus courantes :

 

Les aides sociales avec Pôle emploi

Pôle emploi propose aujourd’hui plusieurs types d’aides pour les entrepreneurs :

  • L’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise) offre une exonération partielle des charges sociales de l’entrepreneur dans les débuts de son projet. Ce dispositif est destiné à tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise individuelle ou de société, quel que soit le secteur de l’activité concernée.
  • L’ARCE (Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise) s’adresse aux demandeurs d’emploi recevant une allocation de retour à l’emploi (ARE), et souhaitant créer ou reprendre une entreprise. Cette aide, proposée par Pôle Emploi, leur permet de prolonger leurs allocations.
  • L’ARE (Allocation d’aide au Retour à l’Emploi), permet aux bénéficiaires des allocations de chômage du Pôle Emploi de continuer à percevoir leurs aides pendant un certain temps (la durée varie selon les cas), lors d’une création ou d’une reprise d’entreprise.
  • Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise) finance et offre un accompagnement aux entrepreneurs novices, anciennement demandeurs d’emploi. Cet accompagnement personnalisé s’effectue tout au long de la période de création de l’entreprise, avec une durée maximale de 3 ans. L’aide financière se fait sous la forme d’un prêt à taux zéro et jusqu’à 10 000 €. Le créateur ou repreneur d’entreprise s’engage à rembourser ce prêt sur une période maximum de 5 ans.

 

 

Les dispositifs de BPI France

La BPI (Banque publique d’investissement) est un organisme qui est sous la Tutelle de l’État. Elle propose des solutions de cautionnement et de garanties pour convaincre les banques des entrepreneurs de les suivre dans leurs projets.

 

La garantie bancaire du renforcement de la trésorerie

Ce prêt vient en complément d’un prêt bancaire quand celui-ci est supérieur à 2 ans. Il permet de faire face à des difficultés de trésorerie lors de la phase de création en renforçant le Fonds de Roulement de votre entreprise ; c’est-à-dire, la trésorerie disponible vous permettant d’investir et de développer votre entreprise.

Les avances de trésorerie par mobilisation des créances commerciales

Il s’agit de mobiliser vos créances et la BPI se substitue à vos fournisseurs pour vous régler dans des délais moins longs. Cela a l’avantage de combler les trous de trésorerie et permet à l’entreprise de continuer son activité sereinement.

 

Les aides et réductions fiscales pour les créateurs

Il est aussi important de s’intéresser aux allègements fiscaux auxquels vous pourriez avoir droit en fonction de vos revenus, de votre implantation ou encore de votre secteur d’activité.

Des allègements fiscaux sont possibles pour les créateurs d’entreprises ayant participé au capital de leur société : réduction de l’ISF (impôt sur la fortune), déduction des intérêts d’emprunt, ou encore une réduction de l’IR (impôt sur le revenu).

En fonction de leur zone d’implantation, les entreprises peuvent également bénéficier d’allègements fiscaux mis en place dans certaines localités. Par exemple, dans les zones de revitalisation rurale (ZRR), une exonération à 100 % d’impôt sur les bénéfices peut être appliquée pendant les cinq premières années d’activité.

De même, certains secteurs d’activités bénéficient d’avantages fiscaux, sous forme de crédit d’impôt, pour favoriser leur création et leur prospérité. Par exemple, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi équivaut à une baisse des charges sociales à hauteur de 6% des rémunérations versées, et s’adresse aux entreprises qui emploient des salariés.

 

 

Les réseaux et associations d’accompagnement à la création

En plus des aides publiques mises en place, certaines associations et réseaux spécialisés dans l’entrepreneuriat proposent leurs services pour aider les entrepreneurs à se lancer :

  • Réseau Entreprendre est un organisme qui aide les créateurs et repreneurs d’entreprise, à travers des conseils de chefs d’entreprises, mais aussi avec un prêt d’honneur sans intérêts ni garantie, et remboursable sur 5 ans. L’éligibilité à ce prêt dépend de certaines conditions, comme la géolocalisation, ou la volonté de créer des emplois.
  • Réseau Initiative : premier réseau d’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise, ce dispositif se divise en 215 plateformes d’aide au niveau local. Ces associations locales viennent en aide aux entrepreneurs, en leur proposant un accompagnement, ainsi que des prêts d’honneur sans intérêts.
  • Les micro-crédits de l’association Adie peuvent s’élever jusqu’à 10 000 €, à condition que le bénéficiaire puisse trouver un garant pour 50 % de la somme empruntée. Le remboursement s’effectue sur une période de 6 à 36 mois, à taux fixe. Un prêt sur l’honneur sous conditions et jusqu’à 3 000 € peut également être accordé par l’Adie.
  • Le Contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape) est une option permettant aux repreneurs ou créateurs d’entreprise de bénéficier d’un accompagnement de la part d’entreprises installées, ou bien d’associations. Ce système permet au dirigeant unique d’EURL ou de SASU de se préparer auprès de professionnels, qui le conseilleront sur son projet et sur son bon déroulement. Ces conseillers peuvent également offrir des dons matériels ainsi que des fonds aux entrepreneurs bénéficiaires.

 

 

Le Crowdfunding : une méthode de plus en plus populaire

Le Crowdfunding ou financement participatif est un moyen de plus en plus utilisé par les entrepreneurs recherchant des fonds pour lancer leur activité. Ce dispositif de levée de fonds auprès du grand public existe grâce à des plateformes en ligne où sont exposés plusieurs projets entrepreneuriaux et où toute personne peut faire un don, un prêt ou un investissement pour soutenir le projet de son choix.

Pour l’entrepreneur, il y a plusieurs options :

  • Accorder des biens ou des services généreux donateurs (cela reste en lien bien entendu avec votre offre de produit / service) ;
  • Faire entrer temporairement des personnes dans le capital social de son entreprise (crowdfunding equity) ;
  • Recourir aux prêts consentis par les visiteurs de la plateforme en échange de taux d’intérêts (crowd leasing).

 

 

Comme vous l’aurez compris, les aides à la création d’entreprise ne manquent pas en France ! Sachez que chez L’Expert-comptable.com, nous proposons aux entrepreneurs et freelances la création gratuite de leur entreprise. On s’occupe de tout : du conseil sur le choix de votre statut juridique, de la rédaction de vos statuts jusqu’à la réception de votre Kbis. N’hésitez pas à faire appel à nous si vous souhaitez vous faire accompagner dans cette étape cruciale.

 

 
Télécharger un exemple d'avatar client

 

Téléchargez notre document PDF « 6 étapes clefs pour devenir freelance »