Blog

Comment choisir sa mutuelle freelance ?

Par

Bien que le travail en freelance offre de multiples avantages, il faut tout de même compter avec des inconvénients. Entre autres, le régime social associé à ce statut n’est pas aussi avantageux que celui des salariés.
C’est pour cette raison qu’une mutuelle freelance, bien qu’elle ne soit pas obligatoire, est vivement conseillée. Ce contrat est destiné à compléter les remboursements de la Sécurité sociale et pallier les imprévus de la vie. Pour se protéger il existe deux solutions : la mutuelle santé et le contrat de prévoyance. Bien qu’ils paraissent similaires, ces deux contrats sont différents. Nous avons décortiqué pour vous les principales caractéristiques et les avantages de chacune.

L’utilité d’une mutuelle freelance

Aussi appelée “complémentaire santé”, une mutuelle va venir prendre en charge une partie des frais de santé en complément de l’Assurance Maladie. De cette façon, les frais à votre charge seront diminués.
Un exemple pour une simple visite chez le médecin généraliste : le prix de la consultation coûte environ 25 € (tarif pour le secteur 1). L’Assurance Maladie va rembourser 16,50 € (qui représente 70 % du prix). Sans mutuelle santé, il faudra verser 7,50 € plus une participation forfaitaire de 1 € (En savoir plus). Mais avec une mutuelle santé, celle-ci va venir prendre en charge les 7,50 € qui auraient dû être payés avec ses fonds personnels.

A première vue, on peut négliger les bénéfices d’une complémentaire santé lorsqu’on évoque des dépenses d’un tel montant. Mais cette prise en charge s’étend à d’autres frais coûteux tel que les frais d’hospitalisation ou les lunettes. Prenons pour exemple l’achat d’une paire de lunettes pour une correction faible à 315 €, l’Assurance Maladie ne va rembourser que 32,74 € pour un adulte. Les mutuelles santé, elles, vont généralement proposer des forfaits allant de 50 € à plusieurs centaines d’euros pour compléter ce faible remboursement.

 

Le contrat de prévoyance, différent mais utile

Les assurances prévoyance vont venir vous couvrir en cas de situations difficiles. Le fonctionnement de ces contrats est un peu le même que celui des mutuelles santé. Il existe plusieurs types de contrat qui vont venir couvrir un ou plusieurs de ces cas :

    • Les accidents de la vie courante,
    • L’incapacité à travailler (les arrêts de travail à la suite d’une maladie ou un accident),
    • L’invalidité,
    • La perte d’autonomie,
    • Le décès

Ce type de contrat s’avère très utile dans le cas d’une suspension de l’activité due à un imprévu. Il vous permet d’avoir une indemnité proportionnelle au temps non travaillé.

Par exemple, en cas d’arrêt de travail de 15 jours suite à un accident, le régime obligatoire vous fournira (ou non) des indemnités journalières dont le montant dépendra de votre revenu annuel et de votre statut (allez sur le site service-public.fr  pour plus de détails concernant vos droits). Une prévoyance professionnelle va pouvoir proposer des indemnités journalières complémentaires pour assurer votre niveau de vie.

On voit ainsi comment la mutuelle santé vous permet de maîtriser votre budget santé et le contrat de prévoyance vous permet de faire face aux imprévus.

 

La RC PRO très recommandée

Le terme de « RC Pro » ne fait pas référence à la dernière voiture sur le marché mais c’est l’acronyme de « Responsabilité civile professionnelle ». La responsabilité civile est l’obligation légale de réparer les dommages causés à autrui ; dans le cadre d’une entreprise, il s’agit de couvrir les éventuels dommages qu’elle peut causer à ses clients, à ses fournisseurs ou encore à des tiers dans le cadre de ses activités. Cette garantie est recommandée à toutes les entreprises et même obligatoire pour certaines professions. Elle couvre votre entreprise en remboursant à la victime concernée tout ou partie des dommages occasionnés.

Notez également que la responsabilité civile concerne aussi le portage salarial. Mais dans ce cas, le salarié porté n’aura aucune démarche à effectuer : c’est la société de portage qui se chargera de contracter la RC Pro. En effet, c’est également l’entreprise qui couvrira les risques liés à l’exercice. En tant que salarié porté, n’hésitez pas à vous renseigner sur la couverture choisie pour vous par la société de portage.

 

La loi Madelin pensée pour les freelances

En ce qui concerne la mutuelle freelance, il faut savoir ce qu’implique la loi Madelin. En 1994, la loi Madelin est entrée en vigueur : elle est destinée à assurer la protection sociale des travailleurs non-salariés, et prévoit que les indépendants peuvent déduire fiscalement leurs frais de mutuelle.

La mutuelle freealance  fait donc partie des « dispositifs Madelin », c’est-à-dire est déductible fiscalement. Outre les mutuelles, on y trouve des contrats de prévoyance, de retraite, ainsi que des dispositifs pour la perte d’emploi.

 

 Lire aussi : le guide de la protection sociale pour les indépendants 

 

Choisir la mutuelle freelance qui vous convient

Vous commencez votre activité en tant que freelance, mais vous ne savez pas quelle mutuelle est adaptée à votre cas ? Voici les trois options les plus fréquentes :

 

Premier cas : conservez votre mutuelle

Lorsque vous quittez votre dernier employeur, la loi vous autorise à bénéficier gratuitement de votre ancienne mutuelle jusqu’à 12 mois : c’est ce qu’on appelle la portabilité. Elle couvre les fins de contrats en cas de démission, rupture conventionnelle et même licenciement. Vous pouvez en bénéficier si vous respectez ces trois conditions :

  • Si vous êtes éligible à une indemnisation par Pôle Emploi
  • Si vous avez été licencié, le motif invoqué ne doit pas être la faute lourde
  • Cette portabilité a une durée maximale de 12 mois, ou bien la durée de votre dernier contrat de travail si celle-ci était inférieure à 12 mois.

 

Passé cette période, votre mutuelle vous adressera alors une proposition commerciale pour continuer à vous couvrir : vous pourrez bien sûr l’accepter, mais cette proposition individuelle sera forcément moins avantageuse que votre ancien contrat entreprise.

 

Lire aussi : Assurance chômage pour les indépendants : quels sont les critères ?

 

Deuxième cas : profitez de la mutuelle de votre conjoint

Cette option est la moins coûteuse et la plus simple à mettre en place. Elle est tout de même soumise à deux conditions à priori logiques :

  • Vous devez avoir un conjoint. A noter que si vous n’êtes ni marié ni pacsé, un certificat de concubinage délivré en mairie ou même une simple déclaration signée par vous et votre conjoint doivent suffire.
  • Votre conjoint doit travailler dans une société qui autorise cette possibilité

De nombreuses entreprises, intègrent à leur contrat de complémentaire santé la possibilité de couvrir le conjoint qui en fait la demande. En fonction des dispositions prises par l’entreprise cette inscription peut être gratuite, mais dans le cas où c’est payant, le rapport qualité / prix est en général assez imbattable.

 

Troisième cas : Trouvez une nouvelle mutuelle

Lorsque la portabilité et le partage de la mutuelle avec un conjoint ne sont pas ou plus des options, il faut bien se résoudre à aller regarder le marché.

Les différentes offres sont souvent compliquées à comparer, et les critères prioritaires de remboursement dépendent de vos besoins particuliers (optique, dentaire, appareillage…). Une bonne habitude est de mettre plusieurs mutuelles en concurrence, et plus particulièrement de mettre en concurrence les acteurs historiques et les nouveaux : chez les historiques on peut citer entre autres Allianz ou Harmonie Mutuelle qui ont de nombreuses offres y compris pour les indépendants ; chez les nouveaux acteurs certains se sont spécialisés dans le service aux indépendants, comme Otherwise qui propose des offres packagées avec d’autres services (protection juridique, Auto…). Retrouvez plus d’informations à ce sujet dans notre précédent article !

D’un point de vue comptable, vous avez intérêt à financer votre mutuelle avec votre structure plutôt que sur vos fonds personnels : c’est une charge qui diminuera votre bénéfice et donc vôtre impôt. Les acteurs historiques cités respectent les obligations légales pour bénéficier de cet avantage fiscal.

 
Télécharger un exemple d'avatar client

 

Téléchargez notre document PDF « 6 étapes clefs pour devenir freelance »