Evénements

France Digitale Day – LittleBIG Connection

Par

5 | 2 votes

Le 25 septembre dernier se tenait au Musée des Arts Forains, le France Digitale Day 2018. Un évènement qui rassemblait l’écosystème start-up européen : 3 000 fondateurs, plus de 150 investisseurs. Mais en plus des conférences et des tables rondes, c’étaient 200 speed-datings qui étaient organisés pour parler business entre professionnels. Nous ne voulions pas rater ce rendez-vous de la scène Tech. C’est pourquoi, étant membre de l’association France Digitale depuis peu, nous avons eu le privilège de rencontrer Amazon, Dassault, SAP et bien d’autres, ainsi que des start-ups innovantes et d’écouter les dernières tendances Tech et futures innovations. Retour sur cette après-midi riche en enseignements, avec deux de nos Business Developer, Loïc et Blaise, qui ont suivi les conférences sur les nouvelles possibilités en terme de financements grâce aux crypto-monnaies, l’impact de la RGPD et l’essor du « Tech for Good ».

L’ICO, ou comment lever des fonds grâce aux crypto-monnaies en très peu de temps ?

Le 28 septembre dernier, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture des dispositions pour encadrer les ICO (Initial Coin Offering). Ce sont les fameuses levées de fonds qui mêlent crypto-monnaies et crowdfunding que l’AMF certifie désormais à l’aide d’un visa optionnel. Les start-up de la blockchain peuvent collecter des millions en quelques jours voire en quelques minutes. En 2017, c’est plus de 4 milliards $ qui ont été levés dans le monde, contre 96 millions en 2016. C’est aussi environ une à deux ICO qui sont organisées par semaine. Cette pratique est en train de se développer et permet un nouveau champ des possibles pour les start-ups.

 

Nous avons apprécié écouter la conférence : « ICO War Stories : hightlights, fuckups and lessons learned” sur l’Expert Stage

Intervenants : Sarah-Diane ECK (Sandblock), Yann LECHELLE (SNIPS), Pierre NOIZAT (Paymium) et Gian VOLPICELLI (Wired UK)

 

deux de nos business developer au france digitale day 2018

(Loïc M. et Blaise R. au France Digitale Day 2018)

 

Lire aussi : Grand Prix des Chefs d’Entreprise : LittleBIG Connection récompensé pour sa capacité d’innovation

 

Quelles sont les premiers résultats de la RGPD ?

Quatre mois après l’entrée en vigueur de la réglementation, la CNIL s’est félicitée d’une véritable prise de conscience de la part des particuliers. L’organisme a reçu pas loin de 3 700 plaintes contre 2 294 par rapport à la même période en 2017. Des entités, comme NOYB, ont également lancé un appel à la CNIL, afin de dénoncer le business model des Gafa qui collectent beaucoup de données personnelles. Mais qu’en est-il côté entreprise ? Ce sont 24 500 d’entre elles, qui ont nommé au sein de leurs équipes un DPO (Data Protection Officer, le délégué en charge de la Protection des Données personnelles). Une forte hausse des demandes d’informations a eu lieu : +45% d’appels, +83% de lecture de la FAQ en ligne et 150 000 téléchargements du modèle simplifiée de registre. Les dirigeants de start-up interpellent leurs confrères pour qu’ils se mettent en conformité si ce n’est pas déjà fait, quitte à placer la réglementation en priorité et brider leur business.

 

Nous avons apprécié écouter la conférence : « Will GDPR rule the world ? sur l’Inspirational Stage

Intervenants : Mark MAYO (Mozilla), Gordon WILLOUGHBY (WeTransfer), Pierre LOUETTE (Les Echos/Le Parisien) et Lea ENDRES (NationBuilder)

 

(Intervenants de la conférence « Tech for Good » ; © Photo France Digitale Day)

 

Etre « Tech for Good » c’est quoi exactement ?

 

Le 23 mai 2018, Emmanuel Macron recevait les plus grands patrons de la Tech tels que Mark Zuckerberg (Facebook), Satya Nadella (Microsoft) ou encore Dara Khosrowshahi (Uber) pour le sommet « Tech for good ». L’enjeu était d’évoquer avec eux les transformations sociales liées aux nouvelles technologies et plateformes. Les géants du numérique avaient profité du sommet pour proposer des requêtes sur la protection sociale, la formation et la diversité. Lors du France Digitale Day, les start-ups ont insistées de la bonne prise de conscience en France de l’implication sociale, des égalités salariales, de la présence des femmes managers en entreprise… La place du don en entreprise prend de l’ampleur (et ça c’est une bonne nouvelle aussi), comme Guillaume LACROIX, fondateur de Brut, qui apporte son soutien en reversant 1% des parts de capital à des associations et grandes causes. Le mouvement des « Tech for Good » prend de l’ampleur et a mis sur le devant de la scène certaines considérations sociétales.

 

Nous avons apprécié écouter la conférence : « Tech4Good :50 shades of giving ” sur l’Expert Stage

Intervenants : Nathalie BOY DE LA TOUR (LFP), Guillaume LACROIX (Brut.), Ben MARREL (Breega) et Alexandre MARS (EPIC)

 

une stage au france digitale day 2018

(Une des scènes du France Digitale Day 2018 ; © Photo France Digitale Day)

 

Grâce à ce type d’évènement, c’est tout une économie qui se transforme et apprend à travers les expériences des autres. La croissance des start-ups est la priorité du France Digitale Day. La France se démarque de plus en plus et rêve de devenir une « start-up nation ». Réussira-t-elle à devenir une « scale-up nation », du nom donné aux jeunes pousses qui changent d’échelle ? Comme l’a souligné Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, « La croissance est l’objectif […] Soyons le pays numéro un des scale-up ! ».

Félicitations à toute l’équipe organisatrice de l’édition du France Digitale Day 2018 ainsi qu’aux participants qui ont su nous faire passer un après-midi à la hauteur de l’événement, ce fut une réussite et un honneur, merci et à l’année prochaine !

Visitez le site officiel pour plus d’infos !

 
Télécharger un exemple d'avatar client