Témoignages

Cap sur l’Asie : « Devenir le hub APAC de la compétence IT. »

Par

4.9 | 7 votes

Après s’être implantée dans plusieurs pays d’Europe, d’Afrique et même d’Amérique du Nord, LittleBIG Connection poursuit son expansion à l’international sur le continent asiatique. En effet, il y a 6 mois, Tanguy a pris la direction du siège Asie à Hô-Chi-Minh-Ville pour y développer la zone Asie-Pacifique (APAC). Il partage aujourd’hui son expérience afin d’éclairer les personnes souhaitant y développer leurs activités.

Bonjour Tanguy ! Peux-tu nous présenter ton parcours professionnel ?

J’ai toujours travaillé dans le secteur de l’IT, dans des fonctions commerciales. J’ai commencé en Irlande dans une société qui faisait de la GED (Gestion Electronique de Documents), puis je suis rentré en France où j’ai intégré Logica (CGI aujourd’hui) en tant que Key Account Manager. Ces différentes expériences dans le conseil m’ont permis d’acquérir et de maîtriser parfaitement les enjeux des DSI (Direction des Systèmes d’Information) au sein des grands groupes.

Souhaitant enrichir mes expériences en sortant du conseil, j’ai rejoint dans un premier temps une agence digitale puis le leader de la donnée BtoB, Dun & Bradstreet. Cela m’a donné l’opportunité de compléter mes connaissances autour du digital et de la data, deux secteurs actuellement incontournables pour toute entreprise.

J’ai enfin tout naturellement rejoint LBC qui me permettait d’utiliser toutes les connaissances acquises dans mes précédentes expériences.

 

Quel est ton rôle chez LittleBIG Connection ?

En tant que Régional Manager APAC, mon rôle consiste à accompagner nos clients dans la mutation du monde du conseil en Asie en leur apportant agilité et accès aux meilleures compétences via notre plateforme.

C’est un challenge quotidien car nos clients sont présents dans de nombreux pays. Notre objectif étant de devenir le hub régional de la compétence IT, nous nous devons de les soutenir dans leurs différentes implantations.

A titre personnel, c’est extrêmement enrichissant de découvrir toutes ces cultures et leur vision du monde du conseil. Chaque jour apporte son lot de découvertes et de surprises.

LittleBIG Connection offre aussi de magnifiques opportunités pour nos futurs collaborateurs où l’autonomie, la prise d’initiative, la solidarité et l’entrepreneuriat les animeront dans leur travail de tous les jours.

 

Est-ce la première fois que tu travailles au Vietnam ?

Oui il s’agit de ma première expatriation. J’ai vécu 1 an en Irlande après mes études mais la proximité géographique aidant, je n’ai pas réellement eu l’impression de m’expatrier.

Partir vivre à Hô-Chi-Minh-Ville est un vrai challenge pour moi.

Cette expérience m’incite à me dépasser et à sortir de ma zone de confort aussi bien professionnellement que personnellement.

Cela oblige à se renouveler et à ne pas rester sur ses acquis. Cela me permet aussi de découvrir de nouvelles cultures et de nouvelles façons de travailler, c’est extraordinairement excitant ! De plus, étant père de 3 enfants, ça a été pour toute la famille l’occasion de découvrir un nouvel univers !

 

Qu’est-ce que cela représente en termes de responsabilités ?

Après 6 mois de présence en Asie nous commençons à être connus et reconnus sur le marché, notamment à Singapour et Hong Kong. Le travail commence à payer !

Mais nous sommes très loin d’en avoir fini en Asie où nos enjeux sont multiples. Je dois m’assurer que nous puissions accompagner nos clients et notre communauté sur toute la zone APAC. Cela signifie qu’il faut s’assurer à chaque instant que nous puissions répondre à leurs enjeux tout en s’assurant de la bonne compatibilité (légale, culturelle, fonctionnelle,) de notre plateforme avec les contraintes locales.

Un des points importants pour nous est aussi que nos clients implantés dans d’autres régions du monde gardent la même expérience utilisateur peu importe le pays.

Bref, une super aventure d’intrapreneuriat dans un marché en pleine croissance. Ainsi, je peux compter sur le soutien d’une équipe présente à chaque instant pour nous aider à atteindre nos objectifs. En effet, malgré la distance et le décalage horaire, nous restons tous très proches et solidaires comme une grande famille.

 

Quel est le rythme de vie au Vietnam ? Le climat est-il agréable ?

Hô-Chi-Minh Ville est une ville à double vitesse qui jongle entre traditions et modernité. C’est une ville qui ne dort jamais, une fourmilière agréable à vivre quand on aime l’effervescence qui règne dans les grandes villes asiatiques. La vie y est douce, les vietnamiens sont très accueillants et toujours prêts à rendre service.

Ici rien n’est impossible, il y a toujours une solution.

Le climat est très différent de la France, on passe de la saison des pluies (juillet/octobre) à la saison sèche (décembre/mars) puis aux fortes chaleurs (avril/juin). Disons qu’on ne craint pas vraiment de mourir de froid…

 

Quelles différences culturelles as-tu constatées par rapport à la France ?

C’est une culture conviviale, patiente et positive. Le point qui m’a le plus marqué, c’est qu’il y a peu de place pour l’individualisme. C’est une société qui fonctionne par groupe ou par famille. Il vous sera d’ailleurs compliqué d’avoir accès à ce groupe ou famille si vous ne connaissez pas quelqu’un qui en fait partie et qui peut vous y introduire.

Il existe aussi une très forte hiérarchie du respect. On ne vous respecte pas de la même manière si vous avez 40 ans, êtes l’ainé de 4 frères et sœurs, êtes marié et avez 2 enfants que si vous avez 20 ans, que vous êtes célibataire et fils unique. Tout cela est très codifié, il existe des mots différents pour appeler quelqu’un en fonction du respect que vous lui devez. 

Ces coutumes ont un impact direct sur LittleBIG Connection notamment concernant les freelances. Ils fonctionnent exactement de la même manière, par famille, il est donc impératif de pouvoir créer une relation de confiance avec un contact au sein de ces groupes pour pouvoir leur proposer notre plateforme.

 

Qu’apporte LittleBIG Connection au marché asiatique ?

Comme je le disais précédemment, l’objectif est d’être reconnu comme un vrai hub de la compétence en Asie. Nous apportons une vraie valeur ajoutée sur le marché en permettant à nos clients et notre communauté de travailler ensemble tout en sachant s’adapter aux spécificités des marchés locaux.

A Singapour et Hong Kong, les marchés sont matures, internationaux et assez proches du marché français en termes d’enjeux. Par exemple, une grande partie des experts basés à Singapour sont des étrangers (Indiens, Malaisiens, Chinois, Européens, Nord-Américains,) et sont donc soumis à des logiques de Visa extrêmement contrôlées par le Ministry of Manpower (MoM). Nous permettons donc aux sociétés de trouver des compétences externes sans se soucier de cette contrainte.

Au Vietnam, le pays est en pleine explosion économique et en cours de structuration. En effet, les freelances et sociétés de conseil sont de plus en plus sollicités chaque année. Notre plateforme permet à nos clients de structurer leur achat de prestations intellectuelles et de trouver les meilleures compétences dans ce marché encore très jeune et éclaté.

 

4 conseils pour bien s’installer à Hô-Chi-Minh ?

Mon premier conseil serait de savoir s’insérer dans la vie locale et accepter les différences culturelles. Deuxièmement, s’imprégner de la culture locale vous permettra de vous épanouir tant sur le plan professionnel que personnel. Ensuite, vérifiez en amont que votre cœur de métier correspond aux ressources économiques et intellectuelles du marché. Et enfin, laissez-vous le temps de vous adapter et vous vous sentirez comme un mouton (à 5 pattes) au milieu d’un champ d’herbe fraîche.

 

Une anecdote pour finir ?

Une tradition déroutante à mes débuts au Vietnam était le rituel de la sieste : si vous arrivez dans une société pour un rendez-vous entre 13h et 14h, vous déambulerez dans la pénombre et observerez les salariés allongés sur leur bureau, la tête sur un coussin. Cela ne dure que 15 ou 20 minutes et une fois réveillés ils sont immédiatement opérationnels. A méditer !

 

Lire aussi : Cap sur Montréal : « Développer le futur du travail sur le marché Nord-Américain. »