Freelance

Freelance : les bonnes pratiques pour payer moins d’impôts !

Par

4.8 | 18 votes

Voici un article très attendu par n’importe quel freelance aujourd’hui. Devenir son propre patron fait beaucoup rêver mais parfois la réalité peut réserver quelques surprises ! Retrouvez dans cet article les bonnes pratiques à connaître pour payer moins d’impôts.

 

Aujourd’hui être indépendant peut présenter de nombreux avantages : plus de flexibilité, un bon équilibre entre vie professionnelle et personnelle, la liberté de choisir ses missions et pour certains, de meilleurs revenus…

Néanmoins, en adoptant le statut d’indépendant vous risquez d’être sujet à un taux d’imposition supérieur à celui des salariés. Afin d’améliorer votre réussite en tant que freelances, on vous a listé 4 petites astuces qui vont certainement vous aider !

Tout d’abord, il est à noter que les freelances sont soumis à trois types d’impôts :

  • L’impôt sur le revenu
  • La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)
  • La Contribution économique territoriale (CET)

La liste exhaustive de vos droits et des démarches à effectuer est disponible iciMais rentrons dès à présent dans le vif du sujet, avec quelques astuces pour vous guider et payer moins d’impôts.

 

Bien déduire ses charges de son revenu imposable

En tant que freelance, vous êtes sujet à l’impôt sur le revenu au titre de vos bénéfices. Logiquement, vos dépenses professionnelles vont impacter votre bénéfice, et donc votre niveau d’imposition: votre revenu imposable diminue en déduisant les charges de votre chiffre d’affaires. Attention, toutes vos dépenses doivent bien sûr être justifiées, car à tout moment vous pouvez être soumis à un contrôle, si l’administration fiscale constate que vos dépenses ne sont pas légitimes.

 

Lire aussi : Comment bien fixer son TJM

 

Souscrire à une assurance-vie

L’assurance-vie peut être un moyen de payer moins d’impôts tout en préparant votre futur , car elle ouvre droit à des abattements fiscaux. Dans le cadre d’un plan d’épargne à long terme, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt qui peut atteindre 30% de vos primes versées chaque année; les versements sont plafonnés à 2310 euros par an. Néanmoins, cela s’applique à condition de réaliser les versements avant la fin de l’année courante.

 

Passer au régime micro-fiscal simplifié

Si vous êtes un entrepreneur individuel soumis au réel, vérifiez si vous êtes éligible au régime micro-fiscal simplifié. Il est avantageux dans la mesure où les formalités administratives sont simplifiées, (lors du paiement de l’impôt sur le revenu par exemple) et les charges sociales allégées. Elles sont basées sur un pourcentage de votre CA avec un abattement forfaitaire correspondant aux charges. Autre point, vous êtes donc exonéré de TVA, ce qui signifie que vous n’aurez pas besoin de la facturer à vos clients mais également que vous ne pourrez pas la récupérer sur vos investissements.

Enfin, sachez que le versement libératoire de l’impôt existe. Son principe : vous paierez en même temps, tous les mois ou tous les trimestres, vos charges sociales et vos impôts grâce à un taux unique, donc « simplifié » !

Afin d’être éligible, vérifiez que votre CA est inférieur à :

  • 82 800 euros pour les activités de vente
  • 33 200 euros pour les activités de service

Est-ce avantageux pour vous ? Faites le calcul !

 

Préparer dès maintenant sa retraite

En optant pour un plan de retraite, vous pouvez bénéficier d’un excellent moyen d’alléger votre avis d’imposition tout en vous constituant un patrimoine pour préparer votre avenir. Vous pouvez mettre de l’argent de côté pour anticiper votre retraite, tout en déduisant de votre bénéfice soumis à imposition une partie de la somme que vous placez. De ce fait, lorsque vous prendrez votre retraite, vous pourrez bénéficier d’une pension complémentaire.

Ce schéma est connu sous le nom de PERP (Plan Epargne Retraite Populaire), ou Loi Madelin. Le PERP présente comme avantage le décompte des honoraires sur vos impôts. Autrement dit, plus vous êtes imposé, plus le plan épargne retraite vous permettra de réduire vos impôts, ce qui diminuera la totalité de vos bénéfices imposables. Cependant, pour que ce soit sérieusement pris en considération, en moyenne, il faut gagner plus de 40 000 euros. Voici un exemple :

 

  • Imaginons que vous placez 2000 € sur un PERP, et que le taux d’imposition est à 0%.

(Pas de changement)

  • Imaginons que vous placez 2000 € sur un PERP, et que le taux d’imposition est à 20%.

Vos impôts sont allégés de 400€ (20% x 2000 € = 400 €)

  • Imaginons que vous placez 2000 € sur un PERP, et que le taux d’imposition est à 40%.

Vos impôts sont allégés de 800€ (40% x 2000 €= 800 €)

 

BONUS ! Des aides existent pour les entrepreneurs

Après des mois de réflexion, vous vous êtes finalement lancé. Bravo ! Sachez que plusieurs organismes pourraient être prêt à vous aider afin de développer votre entreprise. C’est le cas de la BPI. Avec la garantie création, la BPI garantit tous vos prêts bancaires à hauteur de 50 à 60% pour les PME de moins de 3 ans. D’autres aides existent comme la Bourse French Tech. Vous pourrez trouver plus d’informations sur le site de la BPI.

 

 

 
Télécharger un exemple d'avatar client

 

Téléchargez notre document PDF « 6 étapes clefs pour devenir freelance »