Freelance

Bien positionner son tarif en freelance : les méthodes qui ont fait leurs preuves

Il existe de nombreuses méthodes pour fixer son tarif en freelance. Chaque technique a ses avantages. Voici comment déterminer le juste prix de ses prestations en tant que travailleur indépendant.

Les différentes méthodes de calcul de son tarif freelance

Avant de fixer son tarif en freelance, il faut savoir si l’on souhaite facturer du temps ou des prestations. Il existe trois méthodes de tarification freelance :

  • la tarification au taux horaire ;
  • la tarification à la journée de travail ;
  • la tarification au forfait, ou à la prestation.

Les avantages et inconvénients de la tarification au temps passé

Fixer son tarif freelance au taux horaire ou au forfait journalier permet de ne pas dépasser les heures de travail prévues au contrat. Vous n’aurez pas besoin de travailler le week-end en cas de retard pris sur une mission. De plus, votre client vous paye à l’heure : il est donc attentif à ne pas vous faire perdre de temps sur le projet. Résultat : vous pouvez projeter facilement votre rentabilité et votre Chiffre d’Affaires mensuel, en vous basant sur votre plan de charge freelance. La méthode de facturation au temps passé à un autre avantage : votre agenda est transparent pour les clients. Ces derniers vont vite comprendre qu’ils doivent réserver le plus tôt possible des jours de travail pour bénéficier de vos compétences.

En revanche, cette méthode ne vous permet pas de dégager plus de marge en augmentant votre productivité. Elle vous oblige à une totale transparence sur votre tarif journalier freelance, ce qui peut limiter votre marge de manœuvre sur les prix pratiqués. Il est plus facile de comparer les TJM de freelances qu’une proposition tarifaire établie sur cahier des charges.

Les avantages et inconvénients de la tarification au forfait

Fixer son tarif freelance au forfait est une alternative qui permet d’augmenter sa marge. Le travailleur indépendant ne facture plus son temps, mais un livrable ou une prestation. Les tarifs sont établis sur la base d’un cahier des charges ou de prix fixes pour une prestation donnée. Dans ce modèle, le client n’a pas à connaître le temps passé. Vous gagnez en autonomie dans le pilotage de votre budget en freelance.  Si vous réalisez vos objectifs en moins de jours que prévus, vous augmentez mécaniquement votre marge. À l’inverse, vous prenez le risque de diminuer votre rentabilité si vous perdez du temps sur le projet.

L’autre avantage d’un tarif freelance au forfait est de garder la main sur la proposition budgétaire. Vous estimez seul le temps nécessaire pour conduire une mission. Lorsque vous facturez du temps, le client a souvent sa propre estimation du plan de charge. C’est lui qui décide du nombre de jours qu’il commande. Il peut chercher à baisser les coûts en diminuant le temps passé, ce qui peut pénaliser la qualité de vos prestations.

Comment fixer son tarif en freelance ?

Après avoir choisi le modèle qui vous correspond, il est temps de calculer votre prix. Voici nos méthodes de calcul pour fixer son tarif freelance.

Tarification au temps passé : comment déterminer son taux horaire ?

Pour établir votre taux horaire, vous devez suivre ces étapes :

  1. Déterminez le revenu mensuel net que vous souhaitez en tant que freelance ;
  2. Ajoutez vos frais et vos charges fiscales et sociales : vous obtenez ainsi un chiffre d’affaires prévisionnel mensuel. Le taux de charge est de  25 à 30 % en auto-entreprise et 40 % à 45 %  en SASU ou en portage salarial.
  3. Déterminez le nombre d’heures facturables par mois (en moyenne, 70 % de votre temps de travail effectif).
  4. Retranchez 15 heures par mois des heures facturables pour prévoir vos congés annuels (entre 22 et 25 jours par an de congés).

Le calcul du taux horaire freelance est : Chiffre d’affaires prévisionnel mensuel / nombre d’heures facturables mensuelles = taux horaire

Tarification à la journée : comment établir son TJM ?

Le principe pour fixer son tarif freelance au TJM est le même, sauf qu’il s’agit de raisonner à la journée plutôt qu’en taux horaire. Vous devez diviser le chiffre d’affaires prévisionnel mensuel par le nombre de jours facturables. Pour établir son taux journalier moyen, il est aussi tentant de regarder les prix pratiqués par la concurrence. Il existe de nombreux baromètres de tarifs freelance pour les repérer. En général, les tarifs à la journée d’un freelance varient entre 300 et 600 euros par jour, selon le niveau d’expertise.

Tarification au forfait  : comment établir son prix par prestation ?

L’alternative, qui consiste à fixer son tarif en freelance au forfait, implique une autre méthode. Pour établir un prix par type de prestations, il est bien sûr utile de benchmarker les politiques tarifaires de vos concurrents pour des missions similaires.

Il est cependant primordial de travailler son pricing en fonction des attentes de votre client idéal et de la valeur perçue de votre prestation. Les tarifs pratiqués peuvent varier non seulement selon le type de prestation, mais aussi selon le niveau de qualité attendue. Une même prestation peut exister sur le marché avec un tarif premium et un tarif low cost. Ce n’est pas la nature de la prestation qui est en jeu, mais la valeur qui y est associée. Il est donc inutile de brader vos tarifs freelance pour vous aligner sur le marché. N’hésitez pas à augmenter vos prix si vous pensez apporter assez de valeur à votre clientèle pour qu’elle accepte votre proposition budgétaire.

Quels sont les prix pratiqués par les freelances ?

Le tarif journalier moyen (TJM) d’un freelance varie entre 300 et 600 euros par jour. Les prix pratiqués par les freelances dépendent du métier et du niveau d’expérience. Les consultants freelance en stratégie ou en communication, les chefs de projets IT freelance peuvent facturer jusqu’à 800 euros par jour.

Comment justifier des tarifs en freelance plus élevés que la concurrence ?

Afficher des tarifs freelance trop bas n’est jamais une bonne stratégie. Cela impacte la valeur perçue de votre travail. Moins les clients paient cher vos prestations freelances, plus ils sont exigeants. Ce paradoxe s’explique par une méconnaissance du travail réel à réaliser et des compétences nécessaires. Si vous souhaitez justifier de tarifs en freelance plus élevés que la concurrence, vous devrez augmenter votre valeur perçue. Cela nécessite de bien expliquer à vos clients les actions et tâches associées à chaque mission, mais aussi de démontrer les bénéfices (ou le ROI) induits par votre expertise.